Conférenciers Invités

Dr-Ing. Peter Davies
IFREMER / Laboratoire Comportement des Structures en Mer
Titre de la présentation : " Durabilité des écocomposites pour applications marines "

Résumé:
L’industrie marine utilise une quantité importante de matériaux composites, notamment .pour des bateaux de plaisance. L’âge moyen des 500 000 bateaux de plaisance français est de plus de 24 ans, ce qui pose un problème de gestion de fin de vie. D’autres applications en développement, et en particulier les pales pour les éoliennes flottantes vont également demander la mise en place d’une stratégie qui permettra de disposer de milliers de tonnes de composites dans 20 à 30 ans. Il y a des solutions, des matrices et des renforts moins impactant pour l’environnement, mais leur adoption dépendra des résultats d’essais de durabilité ; on doit quantifier leur comportement à long terme par rapport aux matériaux traditionnels. Cette présentation abordera ces questions en prenant le cas d’un bateau conçu et fabriqué en eco-composites, le « Gwalaz ».

 

Dr. Benjamin Batiot / Pr. Thomas Rogaume
Institut Pprime / Département Fluides, Thermique, Combustion
Titre de la présentation : " Comportement au feu et tenue thermomécaniques des matériaux solides "

Résumé:
Les écomatériaux et les matériaux biosourcés connaissent un essor très important ces dernières années, et ceci dans de multiples applications : construction, transport, vie quotidienne. Dans de nombreuses configurations, ils peuvent alors se retrouver face à des situations accidentelles et ils doivent alors justifier alors d’un niveau de sécurité suffisant. C’est notamment le cas lors d’un incendie. Il convient alors de clairement caractériser et définir le comportement au feu et la tenue thermomécaniques de ces matériaux afin d’en définir et d’en assurer le niveau de performance.
Dans ce contexte, ils font l’objet de différentes études ayant pour enjeu d’en évaluer le comportement, la tenue et la performance au feu, ainsi qu’à en évaluer le niveau de performance mécanique résiduelle, au cours ou après sinistre. Les applications et conditions d’utilisation étant très variables, les seuls essais expérimentaux ne peuvent être suffisants et un besoin important concerne le développement de modèles numériques, utilisés en Ingénierie de la sécurité Incendie. Ces modèles doivent alors être constamment améliorés et enrichis des propriétés de ces nouveaux matériaux, afin de pouvoir représenter avec une précision suffisante le comportement en cas de feu.
Il s’agit à travers cette présentation de présenter la démarche expérimentale et numérique de travail afin de permettre l’évaluation de la performance de ces typologies de matériaux et l’amélioration de leur prise en compte.

 

Pr. Patrick Rougeau
CERIB / Direction Matériaux Technologie du Béton
Titre de la présentation : " Durabilité et propriétés de transfert des bétons à base de granulats recyclés issus de la déconstruction des ouvrages "

Résumé:
L’économie circulaire occupe une place de plus en plus importante dans la société et dans les marchés de construction. C’est dans ce contexte que des études ont été lancées afin de permettre et de faciliter la réutilisation du béton lors de la fin de vie des constructions. Le projet national RECYBETON [1] et le projet ANR ECOREB [2] visent à lever les verrous techniques concernant la réutilisation de bétons issus de la déconstruction sous forme de nouveaux granulats. Ces projets se sont intéressés en particulier à la formulation des bétons à base de granulats recyclés, leurs propriétés mécaniques et leur durabilité. Les travaux sur les propriétés de transfert des nouveaux bétons ont porté sur différentes familles de béton (C25/30, C35/45, C45/55) et différents taux de substitution (jusqu’à 100 % de gravillons naturels remplacés). Ils montrent que la durabilité des bétons avec granulats recyclés est bonne dès lors que les formulations sont optimisées. Ces données ont permis d’identifier des pistes concrètes pour faire évoluer les taux de substitution actuellement définis dans la norme NF EN 206/CN tout en conservant bien entendu le même niveau d’exigence sur les ouvrages.